Piétonnier à Bruxelles

Piétonnier à Bruxelles

On en parle depuis des mois… des années… Certains en ont rêvé et quelque 3400 citoyens ont manifesté en se posant devant la Bourse de Bruxelles pour une journée pic nic sur le bitume (génial!) pour montrer leur soutien au projet de piétonnier à Bruxelles. Dans le but d’une société plus agréable à vivre, le “vivre ensemble” semblerait-il passera vers la fermeture d’un axe des plus utilisés à Bruxelles, et la fluidité du trafic fera place à un espace qui devrait ressembler à ceci:

Photo: Geoffrey GUÉRITTE, Linkedin.com

Depuis des décennies, en effet, la société s’adapte aux besoins et aux désirs de tous. Je me rappelle fin ’90 début 2000 lorsque je n’habitais pas encore à Bruxelles, je prenais l’avenue de Tervuren, direction Merode et j’arrivais sur la gare centrale via la rue de la loi. Le carrefour de l’Europe ne bloquait pas encore l’accès à la Rue du Marché aux Herbes. Je descendais encore, prudemment, entre les passants, la rue pour arriver place de Brouckere. Lorsque je raconterais cela à mes enfants, ils ne me croiront probablement pas… et grand nombre d’entre vous n’imaginent probablement pas ce à quoi je fais référence… mais si, je vous assure que ça a bel et bien existé!

A l’époque, les automobilistes cédaient avec plaisir la priorité aux piétons qui n’étaient pas des zombies enfermés visuellement et auditivement dans leur smartphone. Les cyclistes utilisaient les pistes cyclables et partageaient les rues avec les voitures comme des Hommes éduqués. Mais ça, c’était avant… Maintenant, les cyclistes passent au rouge pour les meilleurs raisons du monde et ce débat inutile nous divisera probablement toujours de plus en plus car les non-automobilistes, ils… Je sais pas… je ne suis qu’un automobiliste.

Bref, nous sommes arrivés en 2015, dans une société ultra égoïste -“quoi, tu ne le découvres que maintenant mon vieux?”- où chaque groupe, grand ou petit, se bat pour des privilèges plus ou moins utiles. Les politiques doivent plaire et prennent en main des chantiers sociaux vraiment importants (pouvoir se balader à pied en plein milieu d’un boulevard) au lieu de régler des soucis mineurs bien que grandissants (taux de chômage, fraudes en tous genres, …).

C’est donc au nom de ce fameux “vivre ensemble”, au nom des priorités qu’a notre société aujourd’hui, des envies d’une minorité, … qu’on va fermer ce boulevard, qu’on va rendre le centre ville de Bruxelles (passé depuis quelques années en zone 30kmh) encore moins fluide mais surtout, qu’on va rendre cette ville encore moins accueillante pour les non-Bruxellois. L’idée du piétonnier semble être indiscutable et la meilleure chose qu’il soit arrivée aux Bruxellois en 100 ans… mais le “vivre ensemble”, ne compte-t-il ici que pour un nombre limité de citoyens? Ne vaut-il que pour les Bruxellois, n’utilisant/ne possédant pas de voiture, désireux de flâner sur un boulevard (comme si il n’y en avait qu’un seul à Bruxelles)?

Il en résulte surtout l’exclusion des citoyens n’habitant pas à Bruxelles que l’on va obliger utopiquement à se garer aux abords de la ville et prendre les transports en commun, qu’on va obliger à changer ses habitudes au profit d’un confort supplémentaire d’une poignée d’autres en se convaincant que l’accès sera encore plus facile, que les commerces ne s’en porteront que mieux et que la zone “Grand’Place” sera mieux reliée à la zone “Sainte-Catherine”. J’y crois oui…

Si ce projet voit le jour de cette façon, il entraînera inéluctablement l’exclusion de certains citoyens du centre Bruxellois et entravera donc la liberté de choix, liberté de circuler, … Oui, des alternatives existent… “du côté de chez vous, non-Bruxellois”. Parfait, nous irons au shopping center de Nivelles, de Louvain-la-Neuve… mais ce qui me choque, c’est que cette exclusion déguisée ne choque que moi…

Bruxelles, ma belle, je t’aimais…

Laisser un commentaire